Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Vers la mise en place d’une agence européenne de santé

Respectable Loge, Victor Schœlcher 86, Orient de Paris, Région 14 Paris 4 et Loges d'Europe de l'Est

Mots Clefs : EuropePandémiePréventionRechercheSanté

Les insuffisances des dispositifs de santé face à la pandémie

La catastrophe sanitaire du Covid-19 dont les conséquences en cascade, sociales, économiques, financières sont devant nous, nous invitent à nous interroger sur les réponses qui y ont été apportées. L’analyse de trois domaines médicaments, dispositifs médicaux ou santé numérique ont révélé des lacunes dues à des blocages ou insuffisances plus ou moins importants suivant les pays, dans les systèmes industriels, réglementaires et institutionnels.

L’Europe, maillon-clé

L’Europe durement touchée a-t-elle été à la hauteur des enjeux de santé publique devant la pandémie ?

En mai 2019, la plateforme intergouvernementale pour la biodiversité et les services écosystémiques (IPRES) a rappelé que : « les zoonoses représentent une menace sérieuse pour la santé publique (…) les maladies infectieuses émergentes chez les espèces sauvages, les animaux domestiques, les plantes ou les populations humaines peuvent être amplifiées par les activités humaines telles que le défrichement et la fragmentation des habitats (…) ».

Ce constat reliant santé publique et environnement a conduit les européens à créer en 2020 une agence de recherche européenne sur la santé (HERA) coordonnée par l’Inserm en France. Cette agence a pour objectif de fournir des propositions à la Commission européenne sur la thématique « environnement, climat et santé ».

Si les institutions européennes ont un organisme de coordination dans le domaine de la surveillance de la santé : European Centre for Disease prevention and Control (ECDC), celui-ci a particulièrement été inaudible durant la crise.

Il nous faut donc réfléchir à une nouvelle organisation européenne capable de coordonner dans les domaines de la recherche, de la prévention, l’action et les réponses à apporter collectivement à toute nouvelle épidémie ou pandémie future.

Au moment où l’OMS voit son rôle amoindri et sa capacité à réagir mis en cause, et son avenir vaciller par le choix des Etats-Unis de l’asphyxier financièrement et même si une branche européenne de l’OMS existe, le choix devient déterminant pour l’Europe

Des préalables indispensables

Nous proposons donc la mise en place d’une Agence européenne de santé, regroupant recherche, analyse, prévention, surveillance institutionnelle et industrielle.

1- Un préalable indispensable

Les états européens doivent inscrire institutionnellement la santé comme domaine de compétence de la Commission européenne et du Parlement européen. Le financement de cette Agence de santé européenne devra se faire par une fraction pérenne dédiée du budget européen, évoluant en parallèle avec celui-ci.

L’indépendance morale et effective de l’Agence devra être solennellement affirmée et inscrite comme principe directeur.

2- Le contenu

2-1 Recherche et analyse

La communauté scientifique internationale possède maintenant tous les outils et moyens pour communiquer en temps réel. Les productions de résultats sont rapides et la science ouverte progresse.

Donc, cette nouvelle Agence devra attirer les meilleurs talents sous forme de contrats ou de collaborations diverses pour faire émerger, vérifier et développer les innovations et dire « la vérité consensuelle » … du moment.

2-2 Prévention

Le lien entre environnement, climat et santé étant indéniable, la poursuite d’une politique publique coordonnée sur ces sujets, devra se traduire par des directives soumises et approuvées par le Parlement européen.

2-3 La surveillance institutionnelle

L’Agence devra vérifier pour chaque pays les dispositifs de prévention préconisés et soumettre à une législation européenne toute modification nécessaire au bon maintien de la santé publique.

2-4 La surveillance industrielle

L’indépendance ou la moindre dépendance vis-à-vis de la mondialisation pour la fourniture de dispositifs médicaux (médicaments, masques, matériels divers indispensables…) devra être :

  • assurée et contrôlée annuellement par une production européenne diversifiée suivant les capacités existantes et suffisantes pour faire face à toute nouvelle menace ;
  • totalement déconnectée financièrement de l’industrie pharmaceutique.

En conclusion, partout le slogan « nous ne sortirons pas de cette crise comme nous y sommes entrés » est répété.

Le dispositif européen nouveau que nous suggérons de créer et d’adopter nous parait être une réponse appropriée aux défis de santé publique auxquels nous aurons à faire face à l’avenir.

Nous proposons donc la mise en place d’une Agence Européenne de Santé, regroupant recherche, analyse, prévention, surveillance institutionnelle et industrielle.

A lire aussi

La crise

Le constat : Urgence et complexité La crise issue de la pandémie du COVID 19 a fait émerger des problèmes de toutes natures dont la diversité et la dispersion n’ont pas permis de faire apparaître...

Lire la suite
Citoyenneté

Donner un rôle à l’Europe dans le domaine de la Santé

Problématique La France est confrontée depuis le début de l’année 2020 à la pandémie provoquée par la Covid 19. Les réponses apportées par notre pays peuvent être évaluées à l’aune de différents indicateurs. Avec un...

Lire la suite
Europe

Pour une Europe plus solidaire ?

Une limitation nécessaire de notre champ de réflexions Le cadre formel strict voulu par l’obédience pour ce livre blanc d’après-COVID19, le travail déjà effectué par la Commission Europe de l’Obédience menée par la Région Paris...

Lire la suite
Europe