Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Santé et démocratie en Europe

Respectable Loge, Art et Lumières, Orient de Lyon, Région 6 Est et Loges de Suisse

Mots Clefs : CultureEuropeRechercheSanté

Réduire les écarts en respectant une forme de souveraineté sanitaire : le contexte culturel de santé

Problématique

La crise sanitaire actuelle a mis en lumière la grande variabilité de position des États sur les questions bioéthiques.

Pour autant, l’Union européenne doit continuer à veiller à ce que le « niveau élevé de protection de la santé humaine », mentionné par le traité de Lisbonne, soit bien assuré.

Constat et état de l’art

Le soutien aux systèmes de santé des États membres est nécessaire pour réduire les différences qui demeurent très grandes d’un pays à l’autre de l’UE, d’après le European Health Consumer Index 2018 (Indice européen des consommateurs de soins et de santé).

Les Pays-Bas, les pays scandinaves, le Luxembourg et la Belgique figurent en tête du classement réalisé sur la base de multiples indicateurs allant de l’information des patients à l’accessibilité des soins. Ces pays obtiennent plus de 800 points sur un total de 1 000, et sont suivis de près par l’Autriche, la France et l’Allemagne. En bas du classement, on trouve la Hongrie et la Pologne, qui plafonnent en dessous des 600 points, et la Roumanie, qui n’affiche qu’un score de 549 points.

Par ailleurs, dans ce dernier pays, les dépenses courantes liées à la consommation de biens et de services de santé sont les plus basses d’Europe.

Pour réduire l’écart entre les états membres il faudrait bien connaitre les politiques et les pratiques de santé dans chaque pays. Ainsi, des experts de l’OCDE et de l’Observatoire européen des systèmes et des politiques de santé ont préparé une série de 30 profils par pays couvrant tous les États membres de l’UE, ainsi que l’Islande et la Norvège. Les profils de santé par pays produits dans le cadre du cycle sur l’état de santé dans l’UE constituent un guichet unique de connaissances et d’informations sur le système de santé d’un pays, qui est mis en perspective en le comparant aux systèmes des autres pays de l’UE. Ils sont assortis d’un rapport d’accompagnement.

Les profils de santé par pays constituent une source d’informations détaillées sur les enjeux actuels en matière de politique de santé et sur les réponses apportées dans chaque pays. Chaque profil allie profondeur et brièveté afin de rendre les analyses utiles et accessibles à un large public. Bien qu’ils suivent un format et une méthode standard, chaque profil est adapté aux particularités du pays concerné, de manière que l’analyse soit la plus pertinente possible. Depuis leur première édition en 2017, les profils par pays sont devenus une importante source de connaissances et d’informations pour les acteurs de la politique de santé.

Chaque profil par pays donne un bref aperçu de la situation sanitaire et des déterminants de la santé (axés sur les facteurs de risques comportementaux), présente l’organisation du système de santé et analyse l’efficacité, l’accessibilité et la capacité d’adaptation de chaque système de santé. Ces trois derniers aspects constituent le triple objectif présenté dans la communication de 2014 qui vise à transformer les systèmes de santé en Europe et à les rendre aptes à affronter l’avenir.

Au cours de ces 20 dernières années, une série de cadres conceptuels a été mise en place afin d’examiner les recoupements entre les déterminants sociaux et économiques, d’une part, et la santé et le bien-être, d’autre part. Généralement, ces cadres évoquent l’importance des contextes culturels sous un angle positif ou négatif, mais ne tiennent pas compte des influences concrètes des systèmes de valeur, des traditions et des croyances sur la santé et le bien-être, ni des effets souvent positifs et protecteurs que la culture peut avoir lorsque l’on est confronté à certaines difficultés dans le domaine de la santé. L’OMS à imaginer une approche systématique des contextes culturels de la santé dans la Région européenne en 2016.

En janvier 2015, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe a convoqué la première réunion du groupe d’experts sur les contextes culturels de la santé, posant ainsi les bases d’un projet visant à établir une plate-forme pour la recherche fondée sur les sciences humaines et sociales en vue de soutenir la mise en œuvre du cadre politique européen, Santé 2020. Le Bureau régional a organisé la deuxième réunion de ce groupe d’experts en avril 2016, afin d’analyser de façon plus approfondie comment la recherche en sciences humaines et sociales peut devenir une source d’inspiration pour la formulation de politiques, et où elle peut apporter un éclairage sur l’expérience humaine subjective de la santé. Ce rapport énonce les recommandations du groupe d’experts à propos de la mise en œuvre de ce projet.

La conscience des contextes culturels a toujours été essentielle pour le travail de l’OMS. Qu’il s’agisse d’étudier les attitudes déterminantes pour la réussite ou l’échec des programmes de vaccination dans le cadre du Plan d’action européen pour les vaccins ou de comprendre comment une communauté résiste et préserve son bien-être alors qu’elle est confrontée à un état de santé médiocre et à des difficultés économiques, le contexte culturel joue invariablement un rôle important, de mieux en mieux reconnu.

Le défi consiste à pouvoir étudier, en adoptant une approche systématique, comment la culture influence la perception de la santé et du bien-être, l’accès à ces derniers et les expériences vécues dans ce domaine. Pour procéder efficacement, il faut tenir compte des travaux pertinents réalisés dans le domaine des sciences sociales au sens plus large, dont l’anthropologie médicale et l’histoire. L’étude des arts et des lettres, y compris l’étude des cultures et de la littérature, est également importante, particulièrement lorsqu’elle peut jeter un éclairage sur les expériences humaines, subjectives, de la santé.

Avec l’adoption de Santé 2020, la politique-cadre européenne de la santé, on met plus d’accent sur le bien-être des populations européennes tel qu’il est perçu. Le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe mène actuellement un projet sur les contextes culturels de la santé pour une analyse approfondie de la façon dont les facteurs culturels influencent la santé et le bien-être.\

Propositions

Gros plan sur la culture de la santé, investissement et soutien massif, de tous les États membres et de l’EU elle-même, aux recherches portant sur les contextes culturels de la santé pour favoriser la coopération et améliorer l’élaboration des politiques en suivant une approche fondée sur les contextes culturels de la santé et la compréhension des différences culturelles.

Comprendre son voisin, c’est se comprendre soit même et créer un espace à la fois d’amélioration, de dialogue et de coopération. 

Intégrer dans la politique de santé européenne la notion de culture de la santé.

A lire aussi

Plaidoyer pour une Culture de l’Après

Au moment du confinement, on a pu constater l’impact des besoins culturels d’une société redécouvrant ses racines humaines. Que l’effet ait été consolateur ou constructeur importe peu ; seule compte l’empreinte laissée. Il apparaît qu’une réflexion...

Lire la suite
Culture

La crise

Le constat : Urgence et complexité La crise issue de la pandémie du COVID 19 a fait émerger des problèmes de toutes natures dont la diversité et la dispersion n’ont pas permis de faire apparaître...

Lire la suite
Citoyenneté

L’individu et la société

Introduction Nous sommes au XXIe siècle, nous vivons dans des pays de la communauté européenne qui sont dits, ouverts et sans frontières. Dans notre société, que l’on dit très ouverte à la libre circulation, nous...

Lire la suite
Individu et Société