Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Quelles problématiques environnementales et comment sont-elles perçues par nos enfants ?

Respectable Loge, Valmy Fraternité, Orient de Reims, Région 4 Champagne - Ardenne - Alsace - Lorraine et Loges d'Allemagne

Mots Clefs : ClimatDéveloppement durableEcologieEnvironnementRessources naturelles

L’Homme a depuis toujours utilisé les ressources de la nature (cueilleurs, chasseurs), mais le nombre d’êtres humains et leurs besoins ont considérablement évolué au cours du siècle dernier (voitures, appareils électroménagers, GSM, vacances, etc.). Nous consommons donc de plus en plus de ressources naturelles, en émettant de plus en plus de rejets néfastes pour notre environnement, alors que nombre de ces ressources ne sont pas renouvelables et que l’« écosystème planète » a de plus en plus de mal à absorber les conséquences de l’activité humaine. Déjà en 2007, nous consommions 50% de ressources en plus que ce que la Terre pouvait fournir. Depuis lors, cette tendance n’a fait que s’accentuer et une inégalité croissante s’est développée au profit des pays industrialisés, regroupant seulement 20% de la population mondiale (1,2 milliards d’habitants) mais consommant pourtant 85% des ressources disponibles.

Il est certain que nos enfants sont de plus en plus sensibles aux problématiques environnementales et nous en voulons pour preuve les nombreuses marches pour le climat qui ont rassemblé un grand nombre de jeunes à travers le Monde, avec comme figure de proue, Greta Thunberg, qui n’a elle-même que 17 ans. Néanmoins, si l’on interroge ces jeunes sur leur compréhension et leurs connaissances vis-à-vis de ces problématiques environnementales ou tout simplement sur les modifications qu’ils sont prêts à apporter à leur comportement individuel pour améliorer une situation qui ne cesse de se dégrader, on se rend compte qu’il leur manque de nombreux outils qui leur permettraient de développer une conscience plutôt qu’une sensibilité sur ces questions.

Par ailleurs, il nous semble être une erreur de réduire les problématiques environnementales au phénomène du réchauffement climatique car les défis que ces jeunes auront à relever dans les prochaines décennies concerneront aussi bien les ressources naturelles et leur épuisement (matières premières, énergies, eau, sol) – et comme nous l’avons indiqué, les inégalités en découlant ne manqueront pas de créer des tensions géopolitiques de premier ordre – que la pollution et ses effets néfastes sur le climat et les écosystèmes.

Pour atteindre ce niveau de conscience, nécessaire aux futurs citoyens et décideurs de demain, il nous semble important que ces questions soient abordées dès le plus jeune âge au travers d’une matière enseignée à part entière au travers du parcours scolaire.

Comment sont enseignées aujourd’hui les problématiques environnementales à l’école ?

En France, à partir de la rentrée 2019, la question environnementale devait être « mise au cœur » des nouveaux programmes scolaires au travers de l’« EDD », l’Education au Développement Durable, afin d’appréhender la complexité du monde dans ses dimensions scientifiques, éthiques et civiques… Ces questions sont abordées tout d’abord en classe de Seconde, de manière transversale, au travers du cours de SVT (« les élèves appréhendent les grands enjeux auxquels l’humanité sera confrontée au XXIème siècle, ceux de l’environnement, du développement durable, de la gestion des ressources et des risques… »),  du cours d’histoire géographie (« Sociétés et environnement : des équilibres fragiles ») ou du cours de sciences économiques et sociales dans le chapitre (« Comment crée-t-on des richesses et comment les mesure-t-on ? »). Puis en classe de Première, l’enseignement scientifique commun aborde le rôle de l’être humain dans la modification du climat, l’enseignement moral et civique aborde les responsabilités individuelles et collectives pour les questions environnementales. En ce qui concerne la classe de Terminale, le programme 2021-2022 prévoit que l’enseignement scientifique dispensé à tous serait entièrement consacré aux enjeux climatiques. Cet enseignement arrive donc tardivement dans la scolarité de l’élève et de façon morcelée, saupoudré au travers des matières institutionnelles.

Comment développer au travers d’un programme scolaire une véritable conscience des enjeux liés au développement durable ?

Nous pensons que la sensibilisation au Développement Durable devrait être initiée dès la scolarisation de l’enfant – obligatoire à 3 ans dès la rentrée prochaine – à travers l’apprentissage de règles simples liées à l’hygiène (lavage régulier des mains, propreté des toilettes, tri sélectif), aux bonnes habitudes alimentaires et au respect de l’environnement et des espèces animales. Jusqu’à leur entrée au collège, les enfants n’auront en effet qu’un interlocuteur, le professeur des écoles, qui représente très souvent une véritable boussole pédagogique et morale et qui pourra leur inculquer les valeurs de base de cet engagement citoyen au Développement Durable. Le respect de son environnement, tout comme celui de son interlocuteur, devrait en effet s’apprendre dès le plus jeune âge. Ensuite, l’Education au Développement Durable mériterait la mise en place d’une matière d’enseignement à part entière, mise au programme scolaire dès la rentrée en 6ème et développée jusqu’en classe de Terminale. Il ne s’agit pas de former nos enfants aux métiers liés à l’environnement mais de leur enseigner les outils qui leur permettront plus tard d’agir en tant que citoyens éco-responsables, que ce soit dans leur vie privée ou dans leur activité professionnelle.

a) Qui est concerné ? Tous les élèves, de la classe de 6ème à la terminale, quelle que soit l’orientation choisie. Néanmoins, dès la primaire, les enfants devraient déjà être sensibilisés aux problématiques environnementales et aux comportements à adopter pour préserver un développement durable.

b) Quels sont les objectifs visés ? Comme évoqué précédemment, si tous les habitants de la planète revendiquaient de partager le niveau de vie et le mode de consommation des pays industrialisés, la Terre serait incapable de pouvoir nous fournir les ressources naturelles nécessaires. Il devient donc impératif de modifier nos comportements de consommation et d’adopter un nouveau mode de vie fondé sur le partage équitable des ressources disponibles entre tous les habitants de la planète. Il nous revient donc à nous, habitants des pays industrialisés, de travailler aux moyens de diminuer notre consommation, dans un esprit de fraternité et de solidarité envers les habitants n’ayant pas eu la chance de naître dans ces pays favorisés.

c) Au travers de quels moyens ? Nous pensons qu’un programme scolaire devrait être développé pour l’enseignement d’une matière première, à part entière, centrée sur le développement durable. Ce programme devrait aborder successivement les thèmes suivants : 1- Les ressources naturelles (disponibilité, extraction, transformation / production, logistique, consommation, rejets / pollution et traitements possibles, recyclage et économie circulaire) ; 2- L’environnement et l’impact des actions de l’Homme sur celui-ci (pollution, dégradation et destruction des écosystèmes, climat) ; 3- Les inégalités mondiales face aux problématiques environnementales et les risques associés (niveaux de vie, démographie, conditions de travail, risques géopolitiques liés à l’accès aux ressources naturelles) ; 4- Quelles stratégies pour un développement durable (concept et actions politiques, triple objectif d’un monde socialement équitable et économiquement viable dans un environnement vivable) ? ; 5- Comment devenir un citoyen responsable (questionnement, engagement, actions) ? Ce programme devrait être développé par l’Education nationale en collaboration avec les nombreuses associations qui travaillent sur ce sujet. Il serait d’ailleurs pertinent qu’une concertation puisse avoir lieu au niveau européen afin qu’un programme scolaire commun puisse voir le jour. Les professeurs en charge d’enseigner ce programme devront être des spécialistes reconnus, régulièrement évalués, pour garantir un enseignement de qualité et faire en sorte que ce système soit efficace. Priorité sera donnée à la compétence, à la science et à l’engagement citoyen.

A travers l’enseignement d’une matière première, à part entière, centrée sur le développement durable, dispensée au cours du programme scolaire destiné aux collégiens et lycéens, développons une conscience citoyenne aux problématiques environnementales pour un monde socialement équitable et économiquement viable dans un environnement vivable. Afin de maximiser les chances de succès, sensibilisons nos enfants à cette thématique dès leur scolarisation.

A lire aussi

La publicité au service d’une consommation raisonnée

Constats Le siècle des Lumières, après la révolution française, avait apporté des changements fondamentaux dans la société. Cependant l’aspect social avait été peu changé et les conditions de vie du peuple étaient restées identiques. Ce...

Lire la suite
Individu et Société

La crise de la Covid génèrera-t-elle un monde d’« Après » meilleur pour l’homme et la planète ?

Nous vivons dans une société axée sur la production et la consommation pour permettre à une minorité de recueillir un maximum de profits. Les critères retenus pour le fonctionnement de cette société nous ont emmenés...

Lire la suite
Autres

Soutenir l’activité en milieu rural

Problématique Les zones rurales périclitent, se dépeuplent faute d’activité, elles sont pourtant bien plus proches des ressources naturelles. Les nouveaux agriculteurs comme ceux voulant se convertirent au bio rencontrent de grosses difficultés, notamment pour l’achat...

Lire la suite
Economie