Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Préparer la solidarité dans la francophonie et dans le monde pour faire face à une nouvelle pandémie

Respectable Loge, Art et Lumière, Orient de Los Angeles, Région 3 Afrique-Asie-Amériques-Pacifique-Océanie dite le Monde

Mots Clefs : Collaboration médicaleEmancipationSolidarité

Insuffisance de la solidarité médicale

La pandémie de la Covid-19 a mis en évidence une fois de plus, la différence d’impact sur la population, entre les pays dotés de technologies avancées et dont les citoyens sont dotés d’une culture biomédicale de base et les pays qui manquent de technologie et dont les citoyens ne profitent pas d’une éducation biomédicale de base. Par culture biomédicale de base nous voulons dire l’avoir intégré les concepts d’hygiène, de micro-organismes, de méthodes de transmission de la maladie. Par technologie avancée nous voulons dire le fait d’avoir des hôpitaux accessibles, un corps soignant nombreux et dévoué qui a facilement accès à des médicaments et à des technologies médicales et chirurgicales.

Nous savons que les pays pauvres souffrent plus des catastrophes naturelles que les pays riches. Il est certain que le manque d’eau, servant à l’hygiène, en est une des causes les plus profondes. La pandémie de la Covid-19 nous a révélé l’existence d’un troisième type de pays : les pays riches dont la population manque de culture médicale de base. Force est de constater que ce troisième type de pays est représenté par les États-Unis d’Amérique. Son gouvernement et sa population n’ont ni su ni voulu accepter les contraintes minimales de précaution. Les Américains subissent un impact comparable à celui de pays bien moins développés du point de vue économique et technologique.

Enfin nous remarquons que, sauf pour l’interdiction mutuelle de voyager d’un pays à l’autre, les actes de solidarité transnationaux n’ont pas été remarquables.

Ce qui est fait pour réaliser la fraternité médicale

La fraternité médicale s’exerce aussi bien à travers des associations comme Médecins Sans Frontières, mus par un volontariat enthousiaste, que par des organisations comme la Croix Rouge Internationale. Il faudrait associer l’OIF (Organisation Internationale de la francophonie) afin de faciliter la mise en œuvre d’actions concrètes. Nous n’avons, malheureusement, pas connaissance d’une mutualisation des savoirs permettant de former du personnel médical à tous les niveaux qui pourrait, par la suite, offrir un enseignement de base à leur population.

Aider les pays moins avancés à conquérir l’autonomie médicale de base pour faire face à de possibles nouvelles pandémies.

Nous pouvons raisonnablement penser que la Covid-19 n’est pas la dernière pandémie qui touchera l’humanité. Avec un taux de mortalité d’environ 1%, cette épidémie fait figure d’avertissement international et met en évidence des dysfonctionnements majeurs en termes de coordination, de coopération et de lutte contre la propagation de virus à forte contagiosité. Le Sras en 2002-2003 avait un taux de létalité estimé à 43% chez les plus de 60 ans et 13% chez les moins de 60 ans ; celui d’Ebola est estimé à 25% mais pouvant aller jusqu’à 90%. Quant à la grippe, sa létalité est bien inférieure à celle des autres virus, de l’ordre de 0,3%

La question de l’élaboration d’une politique et d’une action publique affinée, différenciée, mieux adaptée se pose pour l’avenir. On pourrait commencer en interpelant la France, la Belgique, la Suisse, le Canada et les autres pays francophones. Le nombre de personnes parlant le français dans le monde sera de plus de 700 millions en 2050, dont 80% en Afrique, soit 8% de la population mondiale au lieu de 3% aujourd’hui.

Il conviendrait de réaliser l’essence même de la Franc-Maçonnerie, décrite dans l’article premier de notre constitution : « la Franc-Maçonnerie a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité. »

Il faudrait organiser un vaste réseau capable de :

  • former des médecins et du personnel soignant en favorisant l’accès d’étudiants des pays francophones « pauvres » dans les écoles et universités des pays francophones « riches »;
  • poursuivre l’action en créant les conditions pour que ce personnel formé dans la culture biomédicale puisse la transmettre aux enfants dans les écoles de ces pays;
  • d’aider les membres des organisations de la maçonnerie francophone à la mise en place de ce réseau, par leur participation dans les ONG et dans les organisations transnationales, en Afrique par exemple.

Les loges maçonniques du GODF de la région 3, ayant vécu des expériences différentes concernant la Covid-19, peuvent produire en commun une réflexion dans des directions spécifiques, à savoir :

  • une évaluation précise des effets de santé publique induits par le confinement avec un suivi sur plusieurs mois ou années de ses impacts ;
  • une réflexion sur la rationalisation de l’efficacité des coûts et procès de l’action publique en situation de tension épidémiologique ;
  • la mise en commun de sources de recherche croisées, pour faire de la francophonie une force de proposition à l’échelle internationale :
  • l’organisation d’un réseau francophone d’enseignants, médecins et personnels soignants pour diffuser la culture médicale de base au sein des pays moins avancés.

Pour atteindre ces buts nous proposons :

  • les collectes de données statistiques vérifiées ; 
  • la modélisation de cas épidémiologiques à contagiosité et mortalité variables, l’évaluation des systèmes hospitaliers et de confinements gradués ;
  • l’élaboration d’un livre blanc de propositions concrètes d’ici à deux ans par la région 3.
  • de pourparlers avec des associations internationales, nos Frères et Sœurs des autres L:. afin de  nous  communiquer ce qu’ils savent ou ce qu’ils font  et des ONG telles  

Finalement nous suggérons la mise en place :

  • d’invitations et auditions de spécialistes reconnus dans leurs domaines (politiques publiques, médecine,  recherche, industrie…) par des commissions maçonniques compétentes ;
La constitution d’un groupe de réflexion maçonnique transpose à l’échelle de la région 3 dans les trois mois à venir.

A lire aussi

Une logique de solidarité peut-elle exister dans un système capitaliste ?

Décider autrement Rien ne se produira spontanément. Le changement de culture ne survient pas instantanément. Il ne se décrète pas non plus. Il faut aussi repenser le cadre dans lequel nous évoluons. Nos institutions et...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde

Comment penser une solidarité citoyenne ?

Comment réunir ce qui est épars en recréant du lien social entre les différents pans constituant la société française d’aujourd’hui ? Au cours des 50 dernières années, nous avons pu constater un morcellement de la société...

Lire la suite
Citoyenneté

Après

A la lumière des évènements vécus par tous dans cette crise mondiale que nous traversons depuis plusieurs mois, quels enseignements devons-nous tirer et quelles propositions fondamentales devons-nous formuler, pour améliorer l’homme et la société comme...

Lire la suite
Ecologie