Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Pour un usage conscient et responsable du numérique en franc-maçonnerie

Respectable Loge, Aménité et Fidélité, Orient de Le Havre, Région 9 Ouest

Mots Clefs : IllectronismeNumériqueSociété des services

Contexte : De la Société Industrielle à la Société des Services

Comme beaucoup, nous n’avons pas perçu l’effondrement de la société industrielle qu’annonçait Jean Fourastié avec l’avènement de la société des services. La part croissante de l’ordinateur dans notre vie n’a fait qu’accompagner en l’accélérant la fin d’un modèle de société basé sur la seule croissance de la production de biens matériels.

Pour sa plus grande partie, la valeur ajoutée que génère notre économie n’est plus sur le produit de nos usines ou de nos champs, mais sur les services. Leurs domaines virtuels touchent au temps libéré pour les hommes, au sein de leurs interactions sociales, de leurs loisirs, de leur information ou de leur formation, de leur santé ou de leur bien-être.

Le passage à la société des services bouscule toutes nos références ordinaires, que ce soit la définition du travail, la nature de nos relations sociales, nos modèles économiques et politiques. Nous sommes tous brutalement sortis de notre zone de confort.

Ainsi, d’accélérateur de cette évolution, l’outil numérique est désigné dorénavant comme l’origine même de notre désarroi. Mais il n’existe aucun plan B : les outils numériques se sont aujourd’hui imposés comme incontournables dans notre quotidien.

État des réflexions : L’illectronisme en Loge

L’illectronisme, cette inégalité qui traverse les catégories socio-économiques conventionnelles, touche aussi la maçonnerie.

La pyramide des âges en loge ne saurait cependant devenir un alibi pour ceux qui savent que les outils prolongent autant la main que le cerveau et que seules les intentions de celui qui l’utilise abrègent la neutralité d’un outil.

Cet illectronisme a aujourd’hui deux conséquences néfastes dont nous devons refuser la fatalité :

  1. Traduit en négation de la réalité, il nous exclut des préoccupations sociétales qui y sont liées ; ignorer l’avènement du numérique revient alors à manquer à la mission que nous nous sommes fixée.
  2. Il prive potentiellement notre organisation de l’utilisation d’outils efficaces à son administration et à sa communication. Après tout, pour des maçons spéculatifs, accepter l’ordinateur et l’Internet ne peut pas être plus grave que d’avoir perdu l’habileté dans le maniement du maillet et du ciseau.

Nos actions doivent s’organiser autour de deux axes complémentaires :

  • Réfléchir ensemble et à tous les niveaux de notre organisation à une utilisation raisonnée, harmonisée et sécurisée des technologies numériques.
  • Se donner les moyens de réintégrer le débat public sur le numérique et d’y devenir une force de proposition ;

Dans ce cadre, notre leitmotiv devait être « Ni geek ni amish » : là aussi, il nous faudra nous contraindre à refuser la facilité de la pensée binaire.

Propositions : Remettre le numérique au cœur des préoccupations du GODF

Nous ne pensons pas que l’avènement des outils numériques doivent remettre en cause le déroulement de nos tenues et, plus largement, notre démarche maçonnique. Nous n’ignorons pas pour autant l’impact civilisationnel de ces outils qui se sont imposés dans notre quotidien. Comme toute organisation humaine, nous devons rechercher toutes les réponses qu’ils peuvent apporter à notre fonctionnement interne, au service des valeurs que nous défendons.

Pour une approche consciente et responsable du numérique en maçonnerie

Un plan d’action coordonné au niveau de l’obédience et déployé au niveau de chaque loge veillera à :

  • Partager les compétences, sensibiliser les FM au numérique : constituer et mettre à disposition des LL un référentiel accessible à tous (glossaire, bibliographie, didacticiels, bonnes pratiques, planches…).
  • Repenser sereinement à ce qui est essentiel dans notre fonctionnement faire la part entre ce qui est partie intégrante de notre démarche ou de nos rites et ce pour quoi l’assistance des outils numériques est un gage d’efficacité. 
  • Réfléchir ensemble régulièrement sur les enjeux du numérique et partager nos conclusions, par exemple en dédiant une QEL à ce domaine, en organisant des débats locaux animés par un expert.
  • Travailler ensemble à l’utilisation des outils numériques et à leur harmonisation au profit des synergies internes à notre fonctionnement. Pour exemples : Pour les situations où nous choisirions d’utiliser la visioconférence, quel outil retenir ? Quels standards de formats d’échanges ? Comment sécuriser notre utilisation des outils ? Quels hébergeurs pour nos sites ? …
  • Redéfinir le rôle du « Maître de la Toile », au centre des échanges et de l’animation de sa Loge pour ce domaine technique.

A lire aussi

Une société solidaire et néguentropique : un nouveau grand récit

De quoi le confinement a-t-il été le révélateur : quels espoirs ont été nourris, ou déçus ? Problématique : entrevoir un autre monde est-il possible ? Une “règle” qui ne pouvait en être une : la...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde

La formation permanente pour combattre les exclusions

Problématique Quand les cycles de changement s’accélèrent, la mission éducative de l’État peut-elle encore se limiter à l’instruction de nos enfants ? La COVID-19 a précipité notre prise de conscience de la fragilité de notre modèle...

Lire la suite
Ecole

L’Illettrisme et Illectronisme en France

La contribution de notre atelier au Livre blanc sur le thème du post COVID, porte sur les inégalités sociales. Celles-ci ont été largement aggravées par la pandémie (4). Nous voulons souligner l’excès en termes de...

Lire la suite
Ecole