Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

La crise de la COVID 19 pourrait devenir le stimulant nécessaire à la modernisation de notre système de santé.

Respectable Loge, Les Amis Fidèles, Orient de Paris, Région 11 Paris 1

Mots Clefs : ÉconomieSanté

Problématique

La crise due à la pandémie de COVID-19 a mis en évidence les points forts et aussi les points faibles de notre système de santé face à un évènement mondial imprévu. Quels enseignements tirer de cette crise ? Quelles pourraient être quelques voies à explorer en vue d’améliorer notre préparation à de futurs évènements (semble-t-il inéluctable) ?  

Analyse de la situation

La crise de la COVID-19 a mis à l’épreuve la robustesse de notre système de santé. Sur le plan humain celle-ci a mis à très rude épreuve le monde des soignants dans sa globalité. Personnel soignant et plus largement les personnels hospitaliers en général ainsi que toutes les professions impliquées dans la médecine de ville comme par exemple, pharmaciens, kinésithérapeutes, opticiens pour ne citer qu’eux. On ne répétera jamais suffisamment le très lourd tribut payé par ces professions. Le recrutement dans certaines de ces professions est déjà en tension à cause d’une reconnaissance insuffisante en termes de valorisation humaine, d’évolution de carrière, ou de niveau de rémunération.

La crise a aussi mis en évidence un manque de préparation à un évènement prédit de longue date par plusieurs rapports aux autorités, on peut citer par exemple le livre blanc français sur la défense et la sécurité nationale, datant de 2008, qui estimait que le risque sanitaire lié à une pandémie venait juste après les attentats et les attaques informatiques. Cette crise a de surcroît mis en évidence notre dépendance totale vis-à-vis de l’étranger, la Chine principalement, pour des produits vitaux, stratégiques, alors que tous les savoirs faires existent ou ont existé jusqu’à peu en France. On peut citer bien sur les masques, les respirateurs artificiels, mais aussi un nombre important de principes actifs pour l’industrie pharmaceutique, des produits anesthésiques, antalgiques et même des gels hydro alcooliques.

Cette crise remet en cause les fondements de l’économie mondialisée. En effet celle-ci a montré un éclatement géographique de la chaîne de valeur dans la plupart des domaines de production et en particulier dans l’approvisionnement des produits de santé.

Les circonstances nous ont montré que dans un contexte où le monde entier est en recherche de quelques produits vitaux, les règles préétablies du commerce, de la libre circulation, de la solidarité entre états européens ont été lourdement mises à mal.

Que ce serait-il passé si la létalité du virus avait été plus grande ? Nous ne pouvons pas exclure à priori ce cas pour l’avenir.

Propositions

Il me semble que cette crise sans précédent peut être une opportunité. Nous comprenons tous très bien intuitivement que la croissance a forcément une limite dans un environnement fini. Nous comprenons aussi qu’il est extrêmement difficile à une société de réorienter son économie sans un élément déclencheur qui rend le changement immédiat nécessaire. La crise que nous vivons pourrait jouer ce rôle.

Les voies de réorientation de notre économie devraient à mon sens intégrer les domaines d’activités liés aux besoins essentiels parmi les domaines stratégiques pour lesquels la France doit être indépendante. La santé figure au premier plan de ces besoins.

L’indépendance et la robustesse de notre système de santé reposent pour moi sur trois conditions.

  • L’excellence du niveau de compétence des soignants doit être préservée. Pour cela il est indispensable de maintenir un service public fort proposant des postes à nouveau attractifs, c’est-à-dire valorisants sur le plan personnel, plus compatibles avec une vie de famille, rémunérés à leur juste valeur.
  • L’indépendance de nos approvisionnements en matériels, produits de santé, et médicaments. Si cette indépendance ne peut pas être totale au niveau français, je pense qu’elle devrait être assurée au moins au niveau européen en assurant au préalable une juste répartition des ressources en cas de crise.
  • Le renforcement de notre système de financement des dépenses de santé basée sur la solidarité nationale via la Sécurité Sociale.

En tant que Franc-Maçon, j’aspire à ce que l’Humain soit au centre des changements à venir. La santé est un besoin vital, à ce titre elle ne peut être considérée sur le même plan qu’un secteur commercial classique.

En prévision de futures pandémies les activités de santé constituent plus encore un domaine stratégique. À ce titre notre indépendance matérielle ainsi qu’en compétences doit être assurée afin de faire face efficacement à une nouvelle crise.

A lire aussi

Pour une Europe plus solidaire ?

Une limitation nécessaire de notre champ de réflexions Le cadre formel strict voulu par l’obédience pour ce livre blanc d’après-COVID19, le travail déjà effectué par la Commission Europe de l’Obédience menée par la Région Paris...

Lire la suite
Europe

Pour l’égalité économique homme-femme

Le constat Les femmes touchent 12,8[1] % de moins que les hommes à temps de travail et métier équivalent. Sur l’ensemble de la vie (carrière et retraite), cet écart se chiffre en centaines de milliers...

Lire la suite
Economie

Ré-orienter l’économie

La crise liée à la pandémie que nous vivons actuellement met cruellement en lumière les limites et insuffisances du système économique ultra-libéral. Les conséquences du néo-libéralisme Les théories du capitalisme libéral ont été fortement influencées...

Lire la suite
Economie