Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Du bien-fondé d’une éthique évolutive

Respectable Loge, Les Trois Globes, Orient de Berlin, Région 4 Champagne - Ardenne - Alsace - Lorraine et Loges d'Allemagne

Mots Clefs : ClimatDéclaration universelleLogique de guerrePlan mondial d’urgenceRéchauffement

S’interroger sur notre capacité à fonctionner différemment

Le climat est à présent devenu un sujet politique et géopolitique de premier ordre.

Face à l’inefficacité des politiques environnementales, il y a urgence à reconnaitre le fort potentiel destructeur du changement climatique : il a la puissance de tuer non seulement des milliards de personnes, mais aussi de déclencher des guerres aux quatre coins de la planète en raison d’une insécurité alimentaire généralisée. Ce scénario encore fiction hier est en passe de devenir une réalité.

De fait, comment ne pas s’inquiéter et faire du climat LA priorité de cette décennie ? C’est à cette priorité que doivent aussi s’atteler les francs-maçons dans leurs travaux de loges puisqu’il ne s’agit de rien d’autre que de travailler « à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité ».

Les derniers rapports des scientifiques ne font que confirmer les prévisions déjà envisagées il y a plus de 30 ans. L’Arctique se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste de la planète et ce phénomène entraine avec lui des températures records, des incendies, la fonte de la banquise et le dégel du pergélisol. Le réchauffement de la planète que l’on aurait pu un temps penser imaginaire est bel et bien réel et il est à présent certain qu’une augmentation de 2 degrés de la température mondiale aura des conséquences d’une part irréversible sur le climat et d’autre part désastreuse pour l’économie et la société. Hélas, nous n’avons fait que rajouter mondialement des émissions sans en supprimer, et les nouvelles de Sibérie sont alarmantes : alors qu’on pensait il y a encore 2 ans que le phénomène ne se produirait pas avant la fin de ce siècle, on sait maintenant que nous allons connaitre le dégel du pergélisol d’ici 10 à 20 ans. Avec ce dégel seront libérées des quantités de gaz à effet de serre qui équivalent à brûler 2 fois toutes les forêts de la planète.

La pandémie de Covid-19 que nous traversons, nous donne déjà à voir les limites de notre système. Certes, pendant le confinement l’empreinte carbone a été réduite de 60% en Europe. Cela est encourageant et devrait nous interroger sur notre capacité à fonctionner différemment. Au niveau mondial cependant, cela ne suffira pas à atteindre cette année l’objectif de 6% de réduction des émissions de carbones fixé par les accords de Paris, là où les dernières études avancent effectivement le nombre de 5%. On remarque une absence de coordination internationale alors qu’il existe de nombreuses instances internationales capables d’apporter des réponses rapides et efficaces à ce problème global : les accords de Paris ne sont pas respectés et sont insuffisants.

La lutte contre le réchauffement climatique est inopérante

Difficile de ne pas admettre que la lutte contre le réchauffement climatique est inopérante. Nous devons changer radicalement de cap.

Faut-il terrifier la population pour susciter une prise de conscience collective et inciter les dirigeants des pays à prendre des mesures concrètes et immédiates ? Le réchauffement climatique est un problème mondial. Il y a là pour l’ONU un rôle de sauvegarde du patrimoine écosystémique universel à jouer, rôle assorti d’une logique de guerre pour désamorcer cette bombe à retardement climatique qui menace l’humanité.

En décembre 2019, une initiative citoyenne remarquable a porté devant le parlement européen une déclaration des droits de la planète. Dans ce contexte, il apparait judicieux de s’appuyer sur ce travail comme point de départ afin de déclencher une prise de conscience collective et préliminaire à une série d’actions et de changements profonds. Pourquoi ne pas aller plus loin et proposer dans la continuité de ce texte, une déclaration universelle des droits de la Planète qui serait le pendant de la déclaration universelle des droits de l’homme ? On l’imaginerait volontiers accompagnée d’une action éducative qui favoriserait son enseignement et sa diffusion dans les écoles et les lieux publics au niveau mondial.

Demain, nous serons forcés de fabriquer de nouveaux systèmes économiques qui favorisent de faibles émissions de CO2 et nous apprendrons à vivre dans un monde « bas carbone ». Mais cette construction d’une économie qui n’émet plus de gaz à effet de serre, de par les changements profonds qu’elle implique, correspond déjà à un second temps de la crise, qui n’est plus celui de l’urgence qui nous préoccupe actuellement. Or, face à l’urgence environnementale qui gronde, il importe de réagir avec un puissant arsenal juridique et financier pour mettre immédiatement en application un plan mondial d’urgence qui s’inscrit dans le prolongement de la déclaration universelle des droits de la Planète. Ce peut être une chance pour l’humanité que d’unifier nos moyens et de nous engager dans une action universelle commune.

Adopter une logique de guerre

Il est temps de décréter l’état d’urgence climatique mondial et d’adopter une logique de guerre avec des moyens proportionnels au combat

Alors que nous arrivons à renflouer des banques en danger, de quelles mesures exceptionnelles allons-nous à présent nous doter pour sauver la planète ? La fin du monde ne justifie-t-elle pas les moyens de le sauver ? Nos ressources pour y parvenir doivent donc être illimitées et l’argent dans ce contexte n’apparait pas être une difficulté. Nous devons frapper massivement et sur plusieurs fronts, en nous attaquant en priorité aux plus gros pays pollueurs : Chine, États-Unis, Inde, Europe et le secteur pétrolier ce qui représente globalement les trois-quarts des émissions mondiales. Chaque pays doit prendre sa responsabilité dans le drame qui se joue et être solidaire dans la mise en œuvre du plan mondial d’urgence. Dans ce combat qui est celui de se sauver nous-mêmes en tant qu’être humain et parti d’un plus grand tout, la biosphère, la lutte contre le changement climatique qui s’engage peut représenter une chance pour l’homme de changer et de sauver l’Humanité.

Une extériorisation intelligente de nos travaux en loge pourrait démontrer que l’humanisme d’aujourd’hui est « différent ». Nous sommes entrés dans une nouvelle ère où l’écologique

A lire aussi

L ‘Individu acteur dans la société

Constat Force est de constater que durant la crise sanitaire liée au COVID 19, la période de confinement, de par la restriction de la liberté de circulation a conduit à une utilisation moindre des transports...

Lire la suite
Citoyenneté

Le problème des inégalités

Le « monde d’hier » dans une grande mesure et surtout dans certains pays, ressemble à une jungle. En effet, puisque le vivre-ensemble se résume à un « chacun pour soi », comme certains l’encouragent, alors il n’est pas...

Lire la suite
Economie

Le RUI, Revenu Universel Inconditionnel, un vecteur de lutte contre la pauvreté et le dérèglement climatique

Pourquoi le Revenu universel inconditionnel ? Commission Nationale dédiée. Il est apparu que le RUI est un puissant outil de fraternité par la redistribution des richesses qu’il induit, de liberté par l’autonomie qu’il procure et...

Lire la suite
Economie