Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Comment limiter notre dépendance à la mondialisation ?

Respectable Loge, Imagine, Orient de Troyes, Région 4 Champagne - Ardenne - Alsace - Lorraine et Loges d'Allemagne

Mots Clefs : AutonomieDépendanceLocalMondialisationRésilience

Constat 

La société de surconsommation nous pousse à acheter de plus en plus, et nous crée des besoins non vitaux.

La mondialisation propose une solution de production de masse et à bas prix qui, sous couvert de libre concurrence a forcé une désindustrialisation de la fabrication des biens transportables. La fabrication mondiale est maintenant concentrée sur certains pays du monde. Certains produits vitaux ne sont donc plus fabriqués localement, mais uniquement dans certains pays. Nous devenons finalement dépendants de la volonté de ces pays à nous vendre ces produits, ainsi que de la possibilité des produits à être acheminés jusqu’aux consommateurs finaux.

Réflexions

Forts de ce constat, nous avons voulu réfléchir ensemble sur l’aspect d’autonomie des territoires. La notion de territoire peut être vu à plusieurs échelles.

Si les frontières ferment du jour au lendemain, quels sont les biens vitaux que nous souhaitons être capables de produire ? Comment définir ces biens vitaux ? Ne devons-nous pas être capables de nous nourrir, nous protéger. Comment favoriser cette production locale ?

Aujourd’hui l’autonomie alimentaire de nos grandes villes est de 2%, nous ne savons donc plus nous nourrir localement. Comment bien informer le consommateur ? Quels sont les moyens pour aider les territoires pour aller vers plus d’autonomie alimentaire ?

Nous avons choisi de classer nos idées en actions concrètes qui ne sont pas exhaustives, mais qui nous paraissent primordiales. Ces actions ont été choisies lors de discussions entre plusieurs membres de la loge et à l’aide de contributions écrites d’autres membres.

Propositions d’actions

Action 1 : Faire une étude nationale sur les produits vitaux pour la société.

L’objectif de cette action est de déterminer pour chaque type de produit, la quantité critique par habitant devant être produite à différente échelle (Monde, Europe, pays, région, commune). Pour prendre l’exemple des masques, l’échelle du pays semble appropriée ; pour de la farine, l’échelle sera plus locale… Un observatoire de la production devra être créé afin d’éviter des fuites de production et risquer une pénurie en cas de crise. 

Action 2 : Mettre une taxe au km parcouru (ou au kg d’équivalent CO2)

Dans un double objectif de valorisation du travail local et de diminution des impacts environnementaux, cette taxe servirait ensuite à favoriser l’installation d’entreprise sur le territoire (payer la taxe aujourd’hui pour ne plus en payer demain).

Action 3 : Mettre le % d’employés locaux et le % de biens manufacturés localement comme des facteurs de choix dans les appels d’offres publics

Cette action permettrait de favoriser les entreprises créatrices de valeur sur leur territoire, et de pousser les entreprises externes au territoire à s’y investir.

Action 4 : Redéfinir la position européenne sur la libre circulation des produits.

Dans la même logique que l’action 1, les états pourraient imposer une production et distribution exclusivement nationale pour certains produits définis vitaux.

Action 5 : Obliger les communes à allouer un % de leur foncier à la production alimentaire.

Cette action permettrait bien sûr aux communes d’être plus résilientes en cas de crise, et surtout revaloriserait la production locale, le maraîchage. Les productions en circuits-courts favorisent les vies de quartiers, les échanges entre citoyens. Les écoles peuvent être mises à contributions par les maraîchers.

Action 6 : Faire apparaître sur chaque produits de consommation le drapeaux des pays de fabrication des pièces, d’assemblage.

Cette action permettrait aux consommateurs de savoir vers quel pays va la valeur ajoutée du produit. Par exemple, pour un vélo à assistance électrique assemblé en France. Un drapeau de la Chine pour les pièces détachées et la batterie, et un drapeau de la France pour l’assemblage. De même pour un masque chirurgical, un drapeau de la Chine sera plus marquant qu’un made in China.

A lire aussi

Qu’avons-nous appris de cette crise ?

Qu’avons-nous appris de cette crise ? La crise est un moment critique autant que nécessaire aux équilibres. Elle est ce moment difficile qui transforme un état, avant un probable retour à la normalité. Qu’avons-nous appris...

Lire la suite
Un nouvel Horizon

Une logique de solidarité peut-elle exister dans un système capitaliste ?

Décider autrement Rien ne se produira spontanément. Le changement de culture ne survient pas instantanément. Il ne se décrète pas non plus. Il faut aussi repenser le cadre dans lequel nous évoluons. Nos institutions et...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde

Relocaliser ! Quoi, comment ?

Une mondialisation porteuse de risques La pandémie Covid 19 a été le déclencheur du constat de la dépendance de la France d’autres pays et surtout de la Chine et de l’Inde (80%), dans le domaine...

Lire la suite
Economie