Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Une autre façon d’habiter le monde

Respectable Loge, Akh, Orient de Marseille, Région 15 Provence- Alpes - Corse et Loges de Sardaigne et d'Italie

Mots Clefs : BonheurCivismeÉducationPolitiqueSanté

Problématique, constat

Notre nation évolue difficilement dans le monde actuel et dans la mondialisation économique. L’absence et la disparition de la Spiritualité entraînent l’individu humain à être isolé. La Recherche fondamentale, nos Hôpitaux, l’Economie du pays se dégradent depuis des années. Une politique de prévention Educative pour s’occuper de la Santé du citoyen avant que la maladie ne s’installe devrait être généralisée. Comme enseigner aux enfants et parents les règles d’Hygiène et de l’Ecologie. Nos politiques évoluent sur un schéma obsolète. (La vision sur le long terme est absente)

Le chômage du pays est très important, le niveau de vie du français moyen devient de plus en plus faible. Forte tendance à la paupérisation. Les valeurs morales citoyennes sont de moins en moins respectées. L’individualisme des français dans ce contexte, c’est chacun pour soi. Le citoyen tient un rôle de Consommateur Dépendant, Assisté. La tête de la Pyramide ne se remet pas en cause (L’état et ses gouvernants, continuent à gaspiller l’argent public). La fonction publique ne joue plus son rôle, mais au contraire étouffe le citoyen par son administratif. Faut-il continuer à faire de l’argent pour toujours plus de richesse ? et pour qui ?

État des réflexions

Il apparaît que les situations de confinements sont vécues comme positives ou négatives.

Positives quand elles permettent et favorisent une ouverture vers « l’être »

Négatives quand elles sont orientées vers « l’avoir » qui ne peut plus s’assouvir.

Revenir tout d’abord sur le Passé qui a façonné ce présent est nécessaire, car l’oubli de l’histoire amène sa répétition. Pour autant, l’anticipation de l’avenir laisse entrevoir des déséquilibres sur des fondamentaux de la nature. Les anciens n’auraient pu imaginer un impact mondial de progrès technologiques ou de mesures économiques. Nous vivions dans un Grand monde et nous vivons à présent dans un Petit monde. La matière semble dominée à jamais et sa consommation effrénée ressemble à un effondrement. Dans notre communication, les Médias servent de lien mais créent de ce fait des distorsions, ainsi l’homme sous influence devient hors sol. Les messages sont relayés dans une idée auto-référente de puissance à finalité financière. Il est dans le fonctionnement humain de jouer sur ce registre. Il en ressort que les fondamentaux d’équilibre naturel sont rompus et font craindre la substitution d’un présent meilleur à un avenir meilleur. Faire vivre les peurs fait vivre nos sociétés, donnent des objectifs et sert, en ralliant à nous rendre plus fort donc moins menacé. Les messages tel : ’’un univers en miettes’’, « populisme, relativisme, et repli sur soi, extrémismes » sont puissants et tétanisant pour l’esprit. Faut-il pour autant en minimiser le risque ?

Proposition concrètes

Nous avons à faire un effort collectif et individuel pour penser laïquement par-delà les résignations et les fatalités de la religion (Georges Duveau, Sociologie de l’utopie et autres essais) et pour vivre autrement, comme le disait Paul Ricoeur (L’idéologie et l’utopie).

Notre construction intérieure est basée sur des décryptages comparativement à nos repères tirés d’expériences socio-éducatives, dans une recherche d’une vérité intuitive, en quête de repères immuables. Développer une « Reliance », en termes de Fraternité permet d’accorder le « Je » et le « Nous » contribue par la bonne communication à l’empathie et la compréhension des autres et de soi. Chacun a la responsabilité de l’autre sur le chemin pour sauver le Bien collectif. Car nous devons rechercher un développement durable dans le respect des mondes qui nous entourent (minéral, végétal, animal) ; rassembler ce qui est épars, est notre quête, en conservant le doute spéculatif qui est notre force motrice qui nous maintient réceptif.  Mais la société prend une direction de matérialité rassurante par ses certitudes qui lui fait perdre sa subtilité : ’’j’ai compris’’… et j’en reste là.

La Liberté ouvre alors sur une émancipation humaine de l’état de droit. ’’Le mieux est l’ennemi du Bien’’.  

Autre point d’appui pour un développement durable, la Pyramide des besoins selon Maslow : de sorte que l’amélioration de la société passe par l’amélioration de l’homme, en termes d’Education, de Formation notamment.

L’adhésion doit se présenter comme une intime conviction. Chacun est comptable des autres. Nous avons à agir pour l’autonomisation et la promotion de la dignité humaine. Dans la période présente est démontrée que la gloire au travail demande à valoriser le Travail pour le bon fonctionnement d’une société.

Travailler, c’est échanger des services en tous cas répondre à des besoins. La crise traversée a révélé des solidarités intergénérationnelles et culturelles, sans l’intervention de l’Etat. Comme le dit le proverbe africain « l’Age est un Grand Maître ». N’avons-nous pas un devoir de tuilage vers les jeunes générations, afin de guider leur enthousiasme et les aider à atteindre leurs objectifs au travers d’échanges pacifiés ?

Nous passerions du spéculatif à l’opératif, en véhiculant les valeurs de la FM.

En termes d’exemplarité :

L’accompagnement des nouveaux initiés par les Maîtres en place doit être la principale opérativité de la loge…Accueillir et aider les apprentis à concevoir et à comprendre que leur démarche est à la fois constructive d’eux-mêmes et de l’ensemble.

L’Opératif envers NBAFF de notre RL (agapes, capitations, utilisation du tronc de la veuve, liens, etc…)

L’Opératif dans des actions collectives de productions locales (jardins partagés, favorisant échanges et liens avec la terre, productions alimentant les agapes).

Un soutien construit et réfléchi à des O.N.G. dont les objectifs correspondent aux valeurs fondamentales de la Fraternité Maçonnique, etc…).

Propositions

Devant ce constat, la recherche du bonheur pour le plus grand nombre ne peut être imposée, d’autant que celui-ci se présente sous une forme instable de réponse à un manque. Aussi il apparaît illusoire de tenter d’influencer le cours des choses.  Nous pouvons être actifs à des niveaux individuels avec un comportement vertueux à nos yeux pour atteindre l’ataraxie, le bonheur par la paix de l’esprit.  Pour ce faire : Nous pouvons rechercher la paix de l’âme par la conception épicurienne (modération des passions), Nous pouvons accepter que ce qui se passe fasse partie du mouvement du Grand Tout. Nous devons conserver notre cap vers la vertu par une absence de passion. « Que nous soyons à même d’entrer en résonance avec l’invisible Souffle rythmique qui anime l’univers vivant » (François Cheng)Nous avons l’occasion de réapprendre la valeur des choses qui nous entourentEnfin, considérer que ce que nous pouvons cerner de la vie qui nous entoure n’est ni bon ni mauvais mais un mélange des deux qui se fait se défait au grès du temps.  

A lire aussi

Comment améliorer la prise de conscience de la dimension citoyenne de chacun dans une dimension plus globale pour construire une humanité plus juste et plus éclairée ?

Une pandémie qui remet en cause l’esprit de compétition et le productivisme d’un monde globalisé et suscite une nouvelle prise de conscience citoyenne. La crise provoquée par la pandémie du Covid-19 nous expose à l’émergence...

Lire la suite
Citoyenneté

Nos travaux ne doivent-ils pas entrer dans l’ère de l’humanisme écologique ?

Vous avez dit pandémie ? « Je suis tout petit, si petit que l’on ne me voit pas. Je suis discret, si discret que l’on ne m’entend pas, que l’on ne me suspecte pas. Mais...

Lire la suite
Ecologie

Santé et démocratie en Europe

Réduire les écarts en respectant une forme de souveraineté sanitaire : le contexte culturel de santé Problématique La crise sanitaire actuelle a mis en lumière la grande variabilité de position des États sur les questions bioéthiques....

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde