Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Un nouvel horizon en matière de Solidarité

Respectable Loge, Parfaite Rectitude, Orient de Marseille, Région 15 Provence- Alpes - Corse et Loges de Sardaigne et d'Italie

Mots Clefs : Communauté de destinsSolidarité

Le contexte

Un nouvel horizon en matière de Solidarité ? Mais quel était la perspective initiale ?

La Solidarité est au cœur de la démarche maçonnique. Elle est présente dans la prestation de serment où l’apprenti promet de mettre en pratique la grande Loi de la solidarité humaine. Elle s’inscrit dans la création et l’avènement d’un monde meilleur où les notions de justice, de liberté, égalité, fraternité et de solidarité rayonnent. La Solidarité est donc un devoir maçonnique.

Mais dans cette démarche, qui est le plus aidé ? Celui qui donne librement, ou celui qui reçoit ?

La notion de Liberté au sein même de la notion de Solidarité est importante car on ne peut donner la même valeur à la Solidarité choisie qu’à celle subie, à travers l’impôt par exemple. Cette Solidarité subie qui amène parfois certains à se sentir exemptés de toute forme de Solidarité librement choisie.

État des réflexions sur le sujet

Pour nous F.·. – M.·., la Solidarité, c’est l’union qui crée la force, qui arme face au malheur, à la malchance, à l’adversité. C’est le courage de se dire que l’on accepte de perdre un peu pour donner beaucoup, en prenant soin d’éviter l’écueil de faire tomber la F.·. – M.·. dans une sorte de pseudo-Rotary.

Nombreuses sont les questions en la matière qui nourrissent notre réflexion :

– Pourquoi un nouvel horizon ?

  • La Solidarité aujourd’hui serait-elle plus indispensable qu’hier ?
  • La quête de Liberté qui gouverne nos Sociétés depuis des décennies et les succès qu’elle a connus n’ont-ils pas été glanés au préjudice des espaces d’Egalite et de Solidarité que ces mêmes sociétés avaient construits tantôt ?
  • Les temps sombres que l’Humanité traverse (perçus ou réels) rendent-ils les Sociétés plus sensibles aux mécanismes de Solidarité ?
  • Ces Solidarités « dépoussiérées » doivent-elles prendre de nouvelles formes ?
  • Une nouvelle ampleur ?
  • Une nouvelle échelle puisque l’on parle d’horizon ?
  • La crise sanitaire liée à la COVID-19 permet-elle de réfléchir, plus qu’à un nouvel horizon, peut-être davantage à un retour à des valeurs fondamentales de Solidarité ?

L’épisode de confinement et la pandémie et que nous subissons nous renvoient aux heures les plus sombres de notre Histoire, celles du « mur de la peste » bâti dans le Vaucluse en 1720 pour tenter vainement d’endiguer l’épidémie et des peines de mort prononcées à l’encontre de ceux qui avaient le malheur de tenter de le franchir. Mais aussi à des mécanismes forts d’entraide et de solidarité qui ont permis de surmonter cette épreuve, incarnés à Marseille par l’Abbé Belsunce ou par le Chevalier Roze.

Les évènements que l’Humanité traverse ces dernières années la ramènent à la fragilité de sa place sur cette Terre, au dur constat de la nécessité vitale de l’entraide et de la solidarité.

Cette nouvelle perception d’une Solidarité redorée pourra-t-elle se faire sans porter atteinte à la sacrosainte Liberté à laquelle nous, Français et notamment Francs-Maçons sommes si attachés ?

Si la solidarité envers mon prochain m’engage à porter un masque pour limiter le relais potentiel de contamination que je représente, serais-je libre de le décider ou y serais-je contraint ? Je n’étais pas obligé de porter un préservatif, y serais-je contraint demain ? Certes, comparaison n’est pas raison et nous avons désormais la réponse…

Car cette pandémie s’annonce comme la goutte d’eau dans un vase déjà bien trop rempli. Elle vient nourrir des réflexions que les excès de l’Économie mondialisée et les conséquences du réchauffement climatique ont largement contribué à faire naître.

Propositions concrètes

Au vu de ces constats, il est urgent désormais qu’émerge et se développe la conscience, encore trop précaire, d’une Solidarité Mondiale Impérative dans un Monde où l’effet papillon est exponentiel, dans un Monde où la Terre brûle et les glaces fondent parce que la somme des individus que nous sommes et qui ne fait que croître exponentiellement surconsomment et contribuent aux surémissions de CO2, gaz à effet de serre, raréfaction des ressources et exterminations d’espèces.

Alors, dans ce paradigme de plus en plus accepté, la conscience d’une communauté de destins, élément fondateur des solidarités, pourrait reprendre le dessus sur l’individualisme forcené.

Une remise en cause de notre société basée depuis la révolution sur la mise en avant de la liberté individuelle pour aller vers une société plus solidaire ne serait-elle pas salutaire ? Sans doute faut-il, plus que jamais, remettre en avant et au cœur de la polis la notion d’intérêt général, au sens du Droit Public.

Le parallèle du masque est alors intéressant : au nom de ce nouvel horizon, serais-je obligé, par solidarité, de recycler tout ce que je consomme ? De marcher ou de rouler en vélo ou en trottinette si l’on doit se déplacer à moins de 4,2 km de son domicile ? Quel prix aurait ce meilleur des mondes, bien loin de l’idéal de Liberté prôné par Rousseau ?

Entre aveuglement, coercition, dogmes et chimères, voilà dans quel horizon doivent se repenser les nouvelles Solidarités d’un Monde vacillant…

A lire aussi

COVID19 : gémissons, gémissons mais surtout espérons et construisons !

La crise de la COVID19 et ses conséquences révèlent les limites de notre société C’est une de ces crises à laquelle il faut porter une attention particulière pour qu’elles n’engendrent pas de bouleversements potentiellement négatifs si...

Lire la suite
Maçonnerie

Faire vivre une solidarité active vers le monde profane

Le constat : Une solidarité trop souvent « maçonno maçonnique qui plus est du GODF » : La solidarité, étendard de notre obédience est, verbalement, présente dans les diverses déclarations de l’obédience, sous forme de déclaration d’intention généraliste. Le...

Lire la suite
Solidarité

Le prix de la santé

Le constat : « une mascarade » La problématique de départ est issue du travail réel. Loin de l’événement festif haut en couleurs, la mascarade dont je parle, est plutôt un simulacre effrayant. Le gouvernement nous a assuré...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde