Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Le télétravail : une opportunité pour notre société révélée par le confinement

Respectable Loge, Diogène, Orient de Paris, Région 11 Paris 1

Mots Clefs : Télétravail

Problématique, constat, …

Le confinement a provoqué une vague de télétravail dans les emplois de bureau. Impensable avant la pandémie du covid19, des milliers de salariés travaillent actuellement à plein temps de chez eux. Alors qu’il n’était pas imaginable de ne pas se déplacer au bureau pour travailler, nous nous rendons compte que travailler de chez soi est parfaitement possible lorsque le télétravail est choisi et anticipé et que les conditions matérielles sont réunies. A contrario, le télétravail est très difficile dans les cas où celui-ci est subit et réalisé sans préparation.

Quelles sont les opportunités, révélées par cette expérience forcée, pour les salariés, les entreprises et la société ?

État des réflexions déjà produites sur le sujet, État de l’art, …

Pourquoi étions-nous persuadés que le travail ne pouvait se faire qu’au bureau ?

Faisons un bond dans le passé. Jusqu’à la fin 18ème siècle, le travail industriel s’effectue dans des ateliers, c’est à dire chez soi, à domicile (transformation de denrées alimentaires, fabrication d’étoffes, passementerie, travail du bois). Les ouvriers se regroupent alors dans des manufactures qui se transforment avec l’industrialisation du 19ème siècle en usines. De manière similaire, on regroupe les administratifs dans des bureaux, lieux où ces salariés peuvent utiliser des ressources communes (imprimantes, photocopieuses, service de reprographie) et partager facilement de l’information alors sous format papier (classeurs, archives).

Avec l’informatisation, la transition vers le « sans papier », le contexte a changé du tout au tout : plus besoins d’imprimantes, de photocopieuses, de dossiers papier. Malgré tout, nous avons gardé cette croyance que le travail ne peut se faire qu’au bureau, croyance qui, avec le confinement, a volé en éclat : Dans le tertiaire, une grosse partie de l’activité peut se faire de chez soi avec un ordinateur portable et une connexion internet.

Une grosse partie des activités du tertiaire, certes, mais pas tout. Ainsi, Hannah Arendt distingue et hiérarchise selon leur ordre d’importance trois types d’activités qui caractérisent la condition humaine : le travail, l’œuvre et l’action.

Le travail est ce qui nous permet de vivre en produisant des biens de consommation. L’œuvre est ce qui nous permet de produire des objets destinés à l’usage plutôt qu’à être simplement consommés. Travail et œuvre peuvent être réalisés de chez soi : un informaticien par exemple peut parfaitement réaliser la maintenance d’un système informatique (le travail) ou construire une nouvelle application (l’œuvre) de chez lui.

Par l’action, l’être humain interagit avec ses semblables, affirme sa singularité en étant en relation avec d’autre individus : c’est le domaine de la politique. Bien qu’étant très performant, nos outils de communication actuels (visio conférence, réunions virtuelles) de permettent pas des échanges aussi riches que le présentiel. L’informaticien de notre exemple doit rencontrer physiquement ses collègues de temps en temps, pour établir des relations humaines riches et profondes.

On peut donc imaginer que pour ces domaines d’activité, soit mis en place un mode de fonctionnement mixte alliant travail à distance et travail en présentiel. Ce mode de fonctionnement aurait de bénéfices pour les individus, les entreprises et la société.

Pour les individus : moins de déplacement domicile – bureau, donc moins de fatigue, de temps et d’argent perdu dans les transports, plus de temps pour sa vie familiale et activités privés.

Pour les entreprises : un moyen de motiver les salariés, la possibilité d’embaucher des personnes ayant des compétences pointues mais habitant loin de l’entreprise, la possibilité de diminuer la surface des bureaux et donc de réaliser des économies.

Engin pour la société : diminution de la pollution car moins de voitures sur les routes, diminution de la fréquentation des transports en commun, possibilité de revitaliser des régions en permettant à des salariés d’habiter à la compagne, loin de leurs entreprises. Une vie plus calme, plus sereine, donc moins de frais médicaux pour soigner surmenages, dépressions, burn-out. Moins de transport automobile donc moins d’accidents de la route.

Ce mode de travail mixte existe actuellement de manière embryonnaire et avec beaucoup de freins culturels dans certaines entreprises qui permettent à leurs salariés de travailler de chez eux un jour par semaine.

Propositions concrètes, opérationnelles, disruptives, …

Pour cela il faudrait favoriser le télétravail pour les emplois ne nécessitant pas d’être physiquement sur son lieu de travail :

  • Aider les salariés à avoir un lieu adapté au télétravail : pièce séparée du lieu de vie, équipement informatique comme un deuxième écran, liaison internet efficace, siège et bureau confortables
  • Faire évoluer l’état d’esprit : un télétravailleur ne travaille pas moins qu’une personne travaillant sur place. Les études effectuées lors du confinement montrent que l’efficacité est parfois meilleure lorsque l’on travaille de chez soi, étant plus au calme et moins dérangé que dans un open-space.
  • Aider les employés habitant loin de leurs entreprises d’y aller un ou deux jours par semaine, par des moyens non polluant (trains, hôtels adaptés)
  • Le télétravail doit rester un choix et non pas une contrainte. Il n’est possible que si le salarié le désir, s’il est matériellement prêt et formé aux principes du télétravail.

Le confinement a mis en lumière que le télétravail est possible pour une partie de la population.

Ce télétravail est une opportunité pour les individus, les entreprises et la société en diminuant les déplacements domicile – travail et en permettant d’habiter loin de son entreprise (diminution de la pollution et du coût financier liés au transport, revitalisation de régions désertées pas leurs habitants)

Il ne doit pas être une contrainte, mais un choix. Il nécessite un environnement matériel adéquat ainsi qu’une formation à ses principes de base.

A lire aussi

Le télétravail

Le télétravail : phénomène marginal, nécessité ou évidence ? Le télétravail s’est imposé brutalement par le confinement et s’installe comme un mouvement de fond dans les entreprises. Il ne date pas de la période du confinement mais...

Lire la suite
Le travail

Penser l’individu : réfléchir sur ce qui est apparu comme forces et faiblesses

Une épidémie de pneumonies d’allure virale d’étiologie inconnue a émergé dans la ville de Wuhan en décembre 2019. Le phénomène prend de l’ampleur et à partir du 24 janvier, nous commençons alors à nous questionner...

Lire la suite
Citoyenneté

Économie – Quels problèmes économiques la situation de la pandémie a-t-elle fait apparaitre ? Comment les résoudre ?

Problématique Il n’y a pas eu de réponse appropriée à la survenance du cygne noir (évènement qui a une faible probabilité de se réaliser et qui, s’il se réalise, entraine des conséquences exceptionnelles) mais également...

Lire la suite
Economie