Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

La philosophie : Source de progrès

Respectable Loge, Les Ecossais Roannais, Orient de Roanne, Région 6 Est et Loges de Suisse

Mots Clefs : EnseignementFormationPropédeutique philosophiqueSocle des savoirs

Problématique 

Problématique : comment faire en sorte d’ouvrir l’esprit de notre jeunesse dans une progression philosophique constante afin que cette nouvelle ouverture de pensée lui donne par la même une nouvelle vison du monde, tout en favorisant une philosophie populaire capable de mettre le citoyen sur le chemin du « savoir écouter » et « savoir comprendre » la contradiction.

Constat : la philosophie est découverte par l’apprenant dans la dernière année de sa scolarité de lycéen. Cette découverte est trop rapide et trop brutale pour l’amener à avoir une réflexion de jeune adulte. Il est livré à lui-même et les institutions ne lui donnent pas les outils à même de développer son sens critique raisonné et argumenté.

Contexte : La COVID 19 et surtout son confinement ont plongé le citoyen dans une sorte d’introspection forcée. Avait-il les outils de la connaissance pour réagir objectivement à cette crise et surtout pour analyser ce phénomène inédit et grandir en tant qu’homme.

Etat des réflexions déjà produites sur le sujet

Dans ses Essais, Montaigne (1580/1969) préconisait explicitement et, avant tout autre enseignement, d’apprendre aux enfants à philosopher. D’après lui, cet enseignement n’avait pas pour seul bénéfice de leur apprendre à mettre en œuvre une certaine rationalité dans leur réflexion mais également de contribuer à former des citoyens à la fois critiques et tolérants. Or, l’éducation à la citoyenneté constitue bien à ce jour l’une des prérogatives de l’école.

Nous pouvons aussi nous appuyer sur les travaux de :

Edwige Chirouter, maîtresse de conférence à l’université de Nantes et titulaire de la Chaire UNESCO sur la philosophie avec les enfants qui écrit : « enseigner la philosophie en maternelle est possible, c’est une discipline comme les autres, au même titre que les arts, les mathématiques ou encore le langage. Bien souvent, on argumente que c’est trop dur et qu’il faut commencer le plus tard possible.  C’est parce que c’est difficile qu’il faut commencer tôt ». Bien loin de la vision actuelle de la rue de Grenelle, qui promeut un élève discipliné qui ne remet pas en doute la parole de l’adulte, Edwige Chirouter prône la construction citoyenne dès le plus jeune âge. Elle ajoute : « la philosophie est une discipline qui demande une pratique exigeante, et c’est bien parce que c’est difficile qu’il faut l’enseigner tôt, dès la maternelle, c’est un enjeu de démocratisation. La philo à l’école, ce n’est pas qu’un enjeu disciplinaire, c’est toute l’école qui devrait être comme cela. La philosophie a cette force d’être une arme de la construction de la pensée » conclut Edwige.

Matthew Lipman (né à Vineland, New Jersey, le 24 août 1923, et mort à West Orange, New Jersey, le 26 décembre 2010, est un philosophe, pédagogue, logicien et chercheur en éducation américain. Il est l’initiateur et le co-fondateur de la philosophie pour les enfants, avec sa collègue et collaboratrice durant plus de 30 ans, Ann Margaret Sharp. Bien plus que de permettre de faire des enfants des scientifiques en herbe aux compétences scolaires accrues, le souci et l’idéal de Lipman, à travers sa méthode, est de permettre de développer la pensée critique, ou la raison, chez chaque individu (« raison » étant à entendre ici au sens humaniste et un peu romanesque des Lumières, comme la faculté de bon jugement qui s’oppose aux passions et à l’obscurantisme). Cette raison, ou pensée réflexive, est garante de la liberté de penser (examiner par soi-même) et donc des libertés civiles qui trouvent leur expression à travers la démocratie (où la recherche du bien commun s’effectue par l’échange des idées, dans le respect et l’écoute).

Sophie Ernst Agrégée de philosophie, enseignante et chargée d’études à l’Institut national de recherche pédagogique à Lyon. Dans son intervention sur « Philosophie, le socle commun et la culture humaniste », elle fait la remarque suivante :

« Le type de compétences « de base » requises par l’enseignement de philosophie en terminale, et dont on attend qu’elles soient bien installées grâce au socle commun, ne peuvent en fait s’exercer qu’en rendant plus philosophique l’enseignement de ce socle.

  • Les ouvrages de Marie Agostini, Jeanne Mallet : Apprendre à philosopher à l’école primaire : une « propédeutique philosophique » ?
  • la matrice philosophique de Michel Tozzi (1993), appuyée entre autres par les travaux de Galichet (1996) et de Léonardy (1993)

Propositions concrètes, opérationnelles.

  • temps de formation collectifs pour les enseignants
  • inscription de la philosophie dans le socle des savoirs
  • formation à l’enseignement de la philosophie inclus dans la formation des professeurs des écoles
  • promouvoir la mise en place d’une « propédeutique philosophique » tout au long du cursus scolaire pour remédier à cet échec (Jamet, 1990), Une propédeutique consiste en une démarche qui vise à familiariser les élèves avec un savoir ou un savoir-faire dans le but de faciliter un apprentissage ultérieur. Elle permet également de nourrir progressivement la réflexion pour lui permettre de maturer.
  • Instaurer des débats citoyens dans les communes, organisés par le G.O. local dans le respect des valeurs de la maçonnerie.

Inclure la philosophie dans le socle des savoirs

A lire aussi

Redonner goût à l’École républicaine

Un passé glorieux et après ? Tout le monde s’accorde sur l’excellence du modèle de l’école républicaine de la Troisième République avec une nostalgie plus ou moins prononcée pour les uns ou pour les autres. Pourquoi...

Lire la suite
Ecole

Contribution

La pandémie mondiale actuelle a pris le monde entier au dépourvu et le désordre qu’elle a provoqué est un désordre supplémentaire dans les désordres continuels que la race humaine a généré depuis son origine, ce...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde

Construire l’École de demain

Effet de la pandémie sur l’École* et le système d’enseignement français Soumise au choc de la pandémie et au confinement qui s’en est suivi, notre École s’est effondrée. Ce terme peut paraitre exagéré. Il ne...

Lire la suite
Ecole