Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

Dignité par l’éducation, la solidarité et la régulation

Respectable Loge, La Croisée d’Ogives, Orient de Paris, Région 11 Paris 1

Mots Clefs : DécentralisationÉducationRégulation

Problématique, constat, contexte de la contribution, …

L’homme n’est pas que economicus. La mondialisation, la marchandisation, les évolutions technologiques entraînent des inégalités croissantes avec paupérisation, replis identitaires, isolement, solitude et désespérance.

 Des décisions drastiques doivent être prises dans les années à venir pour favoriser prioritairement la connaissance, la réflexion, le savoir-vivre ensemble en acceptant l’autre, ses différences et ses croyances ou non croyances, pour changer les imaginaires collectifs, endiguer les pertes de savoir, réguler les rentes financières, assurer des conditions de vie égalitaires et créer des solidarités dans la dignité.

État des réflexions déjà produites sur le sujet

La société actuelle est gérée au niveau mondial par les plus riches qui décident, par l’intermédiaire des états de plus en plus impuissants et soumis à leurs diktats (délocalisations …), des flux (OMC …), des conflits (capture des richesses essentielles, ventes d’armes …) et des modèles (publicités ..) en détériorant le climat.

 La majorité des citoyens a juste de quoi vivre dans des rapports humains dégradés par la précarité des contrats de travail, la rareté et le coût des logements et des dispositifs pour garantir la santé avec en outre la fatigue des transports et des rapports de compétition. La déscolarisation a été amplifiée par le Covid ce qui aggrave les inégalités sociales. La fracture numérique est d’abord sociale. Les décisions de gouvernance trop centralisées ne prennent pas assez en compte les individus, leurs cultures, leurs identités, leurs souhaits.

L’homme possède des richesses spirituelles, physiques, créatrices qui doivent pouvoir s’exprimer dans un imaginaire commun mobilisateur : les modèles proposés doivent tenir compte de leurs souhaits et de leur bien-être : il est urgent de changer d’indicateurs.

Pour laisser s’exprimer les désirs de vie commune, les préoccupations matérielles élémentaires doivent être minimisées : tout citoyen doit pouvoir vivre(logement, santé, nourriture, éducation). C’est une condition minimale d’égalité et de dignité.

Elle va de pair avec la possibilité et le droit des citoyens de pouvoir s’exprimer au niveau local, régional, municipal, dans les quartiers afin de trouver eux-mêmes des solutions pour mieux vivre, échanger autre chose que de l’argent et de contrôler la réalisation de leurs projets.

 La circulation des idées, des modèles et des expérimentations devrait pouvoir se faire dans la rencontre physique des individus en assurant une liberté de déplacement et de choix des lieux de vie et de travail, liberté facilitée par les possibilités des plateformes sociales numériques. Les moyens de financer ces mesures existent et pourraient être mises en place avec une fiscalité plus juste.

Propositions concrètes

La première proposition est de rescolariser très vite les jeunes qui sont éloignés de l’école ou des universités et de donner rapidement les moyens humains, informatiques pour la formation scolaire et professionnelle dans toutes les régions et classes sociales et assurer la transmission des savoirs, et de la culture, la réalisation de soi, en libérant sa créativité tout en assumant les tâches nécessaires à la vie de la cité.

L’enseignement national a un rôle primordial dans la connaissance et la reconnaissance des différentes cultures, croyances. Il doit permettre de favoriser le dialogue entre croyants et non-croyants d’affirmer l’importance fondamentale de la laïcité dans ses principes fondamentaux. La République laïque impose ainsi l’égalité des citoyens face à l’administration et au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.

La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public. Les humanistes devraient aider les enseignants dans leur formation et dans leurs missions pour expliquer la laïcité et aider tous les jeunes à connaître, comparer, tolérer et vivre ensemble fraternellement.

La deuxième proposition est de garantir matériellement à chacun la liberté de son choix de lieu de vie dans la région ou le pays de son affinité, son choix de type de travail (manuel, intellectuel, culturel, individuel, collectif, intergénérationnel et interculturel avec les personnes âgées, les enfants, les migrants…) et du temps qu’il y consacre. Il faut éviter la fin du monde, la montée des totalitarismes et séparatismes et assurer les fins de mois en aspirant à autre chose que d’accumuler des richesses.

La troisième proposition est de financer ces mesures par une fiscalité adaptée aux flux financiers et aux patrimoines. Elles doivent être imposées par l’état et universellement pour protéger les citoyens des dérégulations, des promesses non tenues et des nouvelles formes d’esclavagisme.

La quatrième proposition est de favoriser la fraternité en organisant des structures permettant l’expression, la rencontre, par exemple par la création de maisons communes dans les quartiers, villages. La solidarité doit être privilégiée dans le partage des moyens de transports, de vie, l’accès au numérique pour favoriser l’éducation, le partage égalitaire des connaissances et l’accès aux soins psychologiques et psychiatriques pour assurer le bien-être de tous et de chacun.

La cinquième proposition est de favoriser l’émergence d’un imaginaire collectif : la découverte de l’autre et de la nature, l’échange, la prise de temps pour apprendre des autres et aux autres. Évaluation du bien-être, de la fluidité des rapports humains, la place relative des biens matériels, la régulation des échanges et du respect de la dignité de chaque citoyen.

La dignité des citoyens impose, pour éviter toute fracture sociale, d’assurer la formation des jeunes égalitairement avec accès au digital pour tous et de leur apprendre le respect des autres, de leurs opinions et croyances, la laïcité. Elle doit permettre matériellement aux citoyens de choisir leur mode et lieux de vie avec des mesures fiscales adaptées et pérennes pour les financer. Elle doit favoriser des structures locales de rencontre, de décision, de soins, de solidarité et accompagner l’émergence d’un imaginaire collectif dans le respect de la nature et des autres 

A lire aussi

L’humanisme écologiste

D’où nous sommes partis Avant la covid 19, nous avions une approche de la consommation qui ne prenait pas forcément en considération les liens avec l’environnement naturel, humain, social, … Aujourd’hui que nous envisageons le...

Lire la suite
Ecologie

Être citoyen dans une société plus solidaire

Citoyen ou client ? Comment améliorer la prise de conscience de la dimension citoyenne de chacun dans une dimension plus globale pour construire une humanité plus juste et plus éclairée ? (Question N°3 du thème L’individu...

Lire la suite
Citoyenneté

Comment améliorer la prise de conscience de la dimension citoyenne de chacun dans une dimension plus globale pour construire une humanité plus juste et plus éclairée ?

L’Homme se révèle dans les difficultés, mais trop souvent en sa qualité d’individu plutôt que de citoyen Lorsque quelques séquences d’ARN ont envahi la planète en ce début d’année 2020, les sociétés se sont retrouvées...

Lire la suite
Citoyenneté