Sceau GODF
Mariane
Livre blanc

De solitaire à solidaire, de la solitude à la sollicitude

Respectable Loge, Coupo Santo, Orient de Cannet des Maures, Région 2 Alpes Côte d'Azur

Mots Clefs : PrécaritéSolidarité

Constats : Après la crise sanitaire de la Covid-19, sans précédent dans notre monde moderne, du moins depuis l’épidémie de grippe espagnole en 1918, il y a cent ans à peine, encore au début d’un siècle nouveau, nous pouvons constater qu’aujourd’hui comme hier, les interventions de santé publique sont la première ligne de défense contre une pandémie en l’absence de vaccin. Les études américaines de l’époque montrent que dans certaines villes, la levée prématurée des mesures de confinement ont donné lieu à l’émergence d’une deuxième vague jusqu’aux portes de 1920. En revanche, les villes ayant maintenu les interdictions en place, il n’a pas été relevé de nouveaux cas mortels. La France d’après-guerre est exsangue, la pandémie ayant disséminé davantage encore les populations. Le glissement du monde rural vers les villes s’accompagne d’une ascension culturelle vers un art de vivre nouveau, les années folles se développent alors jusqu’à la date butoir de 1929, instant de la crise économique. Ces années folles n’ont pas changé fondamentalement la société française aux structures sociales par trop rigides, obsédée et fragilisée par la peur d’un nouveau conflit. La peur nourrit les dictatures et le temps efface les mémoires et dénature même les souvenirs. Après la seconde guerre mondiale, l’Etat providence fait appel à la solidarité nationale pour la reconstruction du pays. C’est une différence fondamentale fondée sur la solidarité. Au sortir des deux conflits, le second fera naître les trente glorieuses. Cette orientation aidera à nous relever avec circonspection de la guerre sanitaire que nous traversons, en nous appuyant sur la mise en chantier de Maisons de la Laïcité voire de la Solidarité.

Problématique posée : Les valeurs sur lesquelles repose la franc-maçonnerie seront-elles toujours d’actualité demain ? N’est-elle pas le promoteur d’une société meilleure et plus humaine ?

Contexte de la contribution : A l’extérieur du Temple, le Franc-Maçon s’est engagé à poursuivre les fondations d’une société au bénéfice d’une sécurité humaine tendant à la préservation des égalités sociales et d’une fraternité basée sur la « pratique de la solidarité ».

Riche de ses diversités, notre pays doit conserver ce patrimoine humain en préservant les particularités sociales et spécificités culturelles de chacun des territoires le composant.

Le F\ Bernard MARIS, décédé dans le tragique attentat contre Charlie-Hebdo, avertissait déjà « Les temps sont durs pour la laïcité, non à cause du retour du religieux mais à cause de l’effondrement du social ». C’est en armant les fondations d’une société plus juste, plus égalitaire et plus sociale que nous veillerons à la préservation de notre patrimoine culturel fondé, en France, sur la Laïcité. Le concept de sécurité humaine porte sur les lignes de la sécurité personnelle (violence, criminalité, addictions), de la sécurité économique (pauvreté, chômage, exclusions), des sécurités alimentaire et sanitaire (famine, malnutrition, épidémies, modes de consommation), de la sécurité de l’environnement (gestion des déchets, dérèglement climatique et catastrophes naturelles), des sécurités communautaire et politique (maîtrise des réseaux sociaux et réduction de la fracture numérique, immixtion des dogmatismes religieux et des absolutismes politiques). Pour guérir et préserver l’humanité, il faut au préalable soigner l’humain.

Au fait de la modernité, Albert EINSTEIN affirmait, en 1910, que « L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. ». Pour ce faire, des commissions locales doivent travailler sur ces questions et proposer des solutions en adéquation avec les réalités territoriales. Guichets uniques, la mise en place de maisons de la Laïcité, respectueuses des convictions religieuses de chacun, doit permettre d’accompagner les personnes parfois seules ou désœuvrées en leur garantissant une orientation vers la structure idoine pour les aider à résoudre leurs difficultés matérielles, morales et sociales. Afin de faciliter les démarches, ces structures recensent les différentes associations et institutions pouvant apporter leur aide, proposent un espace d’accueil social unique et un lieu d’échanges et de partages pouvant suggérer des ateliers thématiques selon les besoins exprimés par les usagers pour retisser les liens et éviter que les communautarismes ne s’instaurent.

La Franc-Maçonnerie doit rester le moteur des actions à vocations sociale et humaine, le franc-maçon étant engagé dans l’œuvre sociale au cœur de chaque territoire, de chaque quartier.

A lire aussi

Le citoyen, l’Etat, le monde…

Première thématique du livre blanc « Après », nous, FF et SS de l’EDLR avons analysé la place du citoyen dans notre société face à l’Etat et au monde sur les thèmes de la santé, de la...

Lire la suite
Le citoyen, l'état, le monde

Que veut dire réussir sa vie ?

Alors que nous sommes plus que jamais maîtres de nos destinées, pourquoi cette question est-elle encore un enjeu dans les pays démocratiques et développés ? Longtemps dans l’histoire de l’humanité, la réussite dépendait avant tout de...

Lire la suite
Ecole

Comment penser de nouvelles solidarités européennes ?

Problématique L’Europe peut-elle se réduire à ses actuelles compétences, pour l’essentiel économiques ? La crise sanitaire de la Covid 19 peut-elle pousser les États à abandonner leur compétence souveraine sur la santé et mettre en œuvre...

Lire la suite
Europe